Bande de précision en acier

Les poulies de synchronisation peuvent être pourvues soit de dents soit d’orifices, situés radialement sur le pourtour extérieur du corps de poulie. Soit les dents s’engagent dans les trous de synchronisation de la bande en métal, soit ce sont des dents solidaires de la face intérieure de la bande transporteuse qui s’engagent dans les orifices de la poulie. Il faut de noter que, même avec ces poulies, la motorisation reste assurée par les forces de frottement générées entre la bande plate et la surface de poulie. Les dents ou orifices ne sont utilisés que pour la synchronisation et non pas pour la transmission de puissance.

Les éléments de synchronisation, en particulier les dents, doivent être durs. La dureté est essentielle pour assurer une usure minimale résultant des engagements successifs de la bande avec la poulie. A titre d’exemple, la poulie brevetée par Belt Technologies utilise des roulements à billes et des dents durcis.

Lors de la conception d’un système de synchronisation à deux poulies, c’est la poulie d’entraînement qui est synchronisée alors que la poulie de renvoi, ou poulie entraînée, est une poulie simplement entraînée par friction avec une boucle de rattrapage de mou si nécessaire.

Le poulies de synchronisation pour courroies métalliques sont soit soit dentées, soit perforées, et engagent respectivement chaque perforation ou dent d’entraînement de la bande.

Dans la conception de poulies synchronisation il faut toujours s’assurer que tous les éléments de synchronisation ont des rayons sphériques ou exponentiels. Ceci assure un engagement et un désengagement fluide de la bande de sa la poulie. Pour éviter les problèmes dus à des cumuls de tolérances, la différence de diamètre entre les éléments moteurs et les éléments entraînés doit être typiquement comprise entre ± 0,005″ (0,127 mm) à ± 0,007″ (0,178 mm). Les applications à jeu zéro ou quasi zéro sont des cas particuliers.

Lors de la fabrication d’une poulie dentée, chaque dent de synchronisation est insérée dans un trou usiné dans le corps de poulie. Une grande attention doit être portée à la précision du placement radial de chaque dent pour assurer la précision globale du module (entraxe entre dents).

Dans la conception d’une poulie de synchronisation, il est essentiel que le diamètre primitif soit pris à l’axe neutre de la bande (équivalent au diamètre à la base de la bande majoré de la moitié de l’épaisseur de la bande pour une bande plate mince), et non pas à la base de la bande. Les bandes transporteuses métalliques étant généralement minces, on a tendance à négliger leur épaisseur dans le calcul du diamètre primitif du support de bande de la poulie. A défaut d’inclure cette épaisseur de bande dans les calculs, les résultats aboutiront à une inadéquation des éléments de synchronisation.

Le diamètre du support de bande peut être déterminé par la formule :
D=NP/pi – t
Où :
N = nombre de tenons ou de perforations (côté poulie)
P = entraxe de perforation ou entre dents (côté bande)
t = épaisseur de bande